Les livres blancs

Principes de base des onduleurs
Voir le livre blanc


Fin du support Windows XP le 8 avril 2014 : migration ou protection ?
Voir le livre blanc

Agenda



Découvrez le N°47 - Juin/Juillet
NOUVEAU
Version interactive
Consulter les articles en ligne
Consulter les anciens numéros
  • Au sommaire
  • Baromètre
  • Atos – Bull - “Créer le premier acteur européen du cloud”
  • Heartbleed menace toujours le Web
  • Avec le SDE (Software Defined Enterprise), VMware virtualise l’IT de bout en bout
  • Il se vend plus de tablettes que de portables - Tablettes - Les entreprises les adoptent
  • Interview Stéphane David, Lenovo : “Nous voulons être le leader mondial du smart connected device”
  • News
  • Alain Roumilhac, PDG de ManpowerGroup France - Transformation digitale de l’entreprise : “les RH sont plus importantes que la technologie”
  • Focus logiciel PDF - 10 bonnes raisons d’adopter Power PDF Advanced
  • La conduite du changement selon Microsoft et La Caisse d’Epargne
  • Le datacenter s’industrialise à grand pas
  • Stockage en ligne, ou serveurs en local ?
  • Les 12 défis de la sauvegarde dans le cloud
  • Nas : la solution de simplicité
  • L’impression à l’épreuve de la mobilité
  • Logiciel de gestion. Les 5 grandes tendances
  • Le principe de responsabilité imposé au RSSI
Oracle vs Google : Ellison enfonce le clou, Page esquive

Juridique - Rédigé le vendredi 20 avril 2012 - Frédéric Mazué

Le procès qui oppose Oracle et Google pour violation de licence du langage Java a débuté. Larry Ellison CEO d'Oracle a été appelé comme témoin et a confirmé que pendant un temps, Oracle a réfléchi à la possibilité de créer une plate-forme mobile Java pour smartphone, et en a discuté avec Eric Schmidt, alors CEO de Google, en vue d'une éventuelle collaboration. Un témoignage qui veut donner du poids à la plainte déposée, et que Google voit de son côté comme une forme de dépit.

Larry Page, actuel CEO de Google a lui aussi été appelé à la barre. Les avocats d'Oracle l'ont cuisiné à propos de mails internes qui selon eux prouvent que Google a utilisé Java sans licence. Un de ces mails aurait été écrit par Tim Lindholm, qui travaille à Google de 2005 et qui est un ancien employé spécialiste de Java chez Sun Micro Systems. Ce mail était adressé à Andy Rubin, le responsable d'Android et était un mémo sur les alternatives possibles à Java. Le mail conclut que les alternatives sont nulles et que "nous devons négocier une licence pour Java". L'acquisition de cette licence, toujours selon ce mail, était un préalable indispensable à l'ouverture du code d'Android.

Les réponses de Larry Page aux questions ne semblent être que des esquives.

Avocats : Vous savez que Google n'a jamais pris de licence de Sun, n'est-ce pas ?

Page : Je sais que nous avons travaillé dur pour négocier une licence business de Java.

Le juge : C'est une question à laquelle vous devez répondre par oui ou par non ?

Page : Je ne pense pas que nous l'avions eue, non.

Avocats : Pouvez-vous nommer une seule société qui utilise les API Java et qui n'a pas pris de licence chez Sun ou Oracle, hormis Google ?

Page : Je ne suis pas un expert. Je ne sais pas.

Et Page d'ajouter : "Nous n'avons rien fait de mal [...]  Nous faisons très attention avec les informations que nous utilisons et celles que nous n'utilisons pas".

Questionné à propos de Tim Lindholm et de l'impossibilité d'être dans l'ignorance de son mail et surtout de sa conclusion, Page répond : "Je ne suis pas sûr de savoir de quel Tim il pourrait s’agir".

Le procès doit durer deux mois et sera sans doute riche en rebondissements, mais pour l'instant, on ne peut pas dire que Google/Larry Page soient très convaincants.  

VIDEO
Les 5 facteurs clés de la réussite de la conduite du changement
Témoignages de Microsoft et La Caisse d’Epargne. Solutions & Logiciels IT a conduit une table ronde sur la conduite du changement , lors de la...

Voir la video en grand format

L'ACTUALITE AU QUOTIDIEN


Solutions-Logiciels.com Le portail du décideur informatique en entreprise - 2014 - Tous droits réservés


Le présent site Web est édité par K-Now, Sarl inscrite au RCS de Paris sous le N° 499 320 000 et dont le siège social est au 21 rue de Fécamp 75012 Paris.
Adresse de courrier électronique :diff@solutions-logiciels.com

Le directeur de la publication du site www.Solutions-Logiciels.com. est Jean-Kaminsky en qualité de gérant de la Sarl K-NOW