Les livres blancs

SDE (Software Defined Enterprise) - VMware virtualise l’IT de bout en bout


Voir le livre blanc

Agenda



Découvrez le N°47 - Juin/Juillet
NOUVEAU
Version interactive
Consulter les articles en ligne
Consulter les anciens numéros
  • Au sommaire
  • Baromètre
  • Atos – Bull - “Créer le premier acteur européen du cloud”
  • Heartbleed menace toujours le Web
  • Avec le SDE (Software Defined Enterprise), VMware virtualise l’IT de bout en bout
  • Il se vend plus de tablettes que de portables - Tablettes - Les entreprises les adoptent
  • Interview Stéphane David, Lenovo : “Nous voulons être le leader mondial du smart connected device”
  • News
  • Alain Roumilhac, PDG de ManpowerGroup France - Transformation digitale de l’entreprise : “les RH sont plus importantes que la technologie”
  • Focus logiciel PDF - 10 bonnes raisons d’adopter Power PDF Advanced
  • La conduite du changement selon Microsoft et La Caisse d’Epargne
  • Le datacenter s’industrialise à grand pas
  • Stockage en ligne, ou serveurs en local ?
  • Les 12 défis de la sauvegarde dans le cloud
  • Nas : la solution de simplicité
  • L’impression à l’épreuve de la mobilité
  • Logiciel de gestion. Les 5 grandes tendances
  • Le principe de responsabilité imposé au RSSI
Modéliser, exécuter : deux points clés pour développer efficacement ses applications métier (1ère partie)

Expert - Rédigé le jeudi 19 avril 2012 - Jean-Loup Comeliau

Un contexte métier en mutation permanente

Les DSI et responsables informatiques luttent sans répit pour aligner leur capacité de production aux besoins spécifiques changeants du métier et aux objectifs et motivations des différents groupes d’utilisateurs. Ainsi, les entreprises doivent adapter leur outil informatique aux besoins de mobilité indispensable aujourd’hui. Elles se doivent aussi, pour rester compétitives, d’avoir la possibilité de faire circuler l’information rapidement entre les services, d’une fonction à l’autre, et de pouvoir ajuster leurs processus pour répondre aux changements économiques et réglementaires permanents.                                         

Un besoin d’applications personnalisées répondant précisément aux processus de l’entreprise et aux besoins des utilisateurs

Quand les applications métier ne sont pas correctement dimensionnées, quand elles sont dépassées, trop complexes ou tout simplement pas à la hauteur des attentes en matière de fonctionnalités sociales collaboratives ou n’autorisent pas la mobilité, les utilisateurs considèrent qu’ils ne disposent pas des outils qu’ils réclament, ils sont moins productifs et se plaignent du manque de réactivité de l’informatique. Les applications doivent coller aux besoins opérationnels de l’entreprise et s’adapter au profil et au contexte d’utilisation de l’utilisateur. Une entreprise qui n’introduit pas la possibilité d’interagir socialement dans des applications pilotées par les processus est loin de remplir sa mission de support au métier. Le partage d’écran, le chat, la gestion de post-it, les interactions sociales entre les différents acteurs d’un processus ne sont plus des options souhaitables : ils sont devenus obligatoires.

Un accès aux applications et à l’information, partout, depuis tous types de terminaux

D’après les prédictions de l’analyste Gartner pour 2011, « En 2014, 90 % des organisations supporteront des applications d’entreprise sur des terminaux personnels » et « en 2013, 80 % des sociétés supporteront leurs applications métier sur tablettes ». L’explosion des smartphones et des tablettes signifie que les collaborateurs attendent suffisamment de souplesse pour se connecter aux applications à tout moment, depuis n’importe où. Pour cela, ils ont besoin d’applications fonctionnant sur une grande variété de systèmes d’exploitation et de terminaux.

Des exigences extrêmes de délai de développement rapide

On attend des applications qu’elles comblent les trous laissés par les applications en place « hier ». Tout retard dans la livraison ou tout manquement dans les fonctionnalités attendues signifie qu’à peine livrée, l’application est souvent obsolète ou incapable de s’ajuster au rythme du changement.

Et tout cela… avec moins de ressources pour l’informatique

S’ajoutant aux défis posés par l’externalisation de l’informatique, la contraction des budgets et des ressources dans les services informatiques rend compliquée la production d’applications  offrant à la fois à l’utilisateur une ergonomie satisfaisante, une exploitation immédiate depuis tout type de terminal et une adaptation au flux de travail du métier. Les applications doivent pouvoir être déployées tout à la fois sur le « cloud » pour réduire les coûts et accélérer les déploiements ou sur site, pour permettre aux entreprises de faire consciemment leur choix et de passer d’un environnement à l’autre facilement pour limiter les risques. 

Ignorer ou sous-estimer l’une de ces tendances du marché lors du développement d’applications métier conduit souvent à l’échec du projet ou à des applications ne couvrant pas les besoins, ou déjà obsolètes avant même d’atteindre la phase de mise en production.

Que doit faire la Direction des Systèmes d’Informations pour relever de tels défis ?

Aujourd’hui, les approches traditionnelles pour développer les applications sont clairement devenues insuffisantes et ne comblent plus les attentes des métiers. Il y a besoin d’innover, non seulement dans la méthode de production, mais aussi dans les outils utilisés pour le développement. L’informatique a besoin d’agilité pour répondre aux continuels changements du métier, de productivité pour proposer plus de fonctionnalités avec moins de ressources, d’adaptabilité pour accroître l’efficacité des applications et leur personnalisation, de vitesse pour optimiser la mise en place ainsi que d’outils garantissant à la fois la disponibilité des applications sur terminaux mobiles et sur tous les autres systèmes.

Les méthodologies de développement agiles offrent de la flexibilité et ont le mérite de faciliter la relation entre l’informatique et les utilisateurs finaux. Cependant, la mise en place de l’agilité nécessite une adaptation et une appropriation de chaque organisation. Le cabinet Forrester[i] recommande ainsi de fournir aux équipes informatiques un ensemble d’outils qui permettent l’agilité adaptée. La véritable agilité repose donc sur un environnement de production qui comble le fossé entre l’informatique et le métier, qui optimise toutes les phases du cycle de vie logiciel et qui procure une flexibilité en profondeur et durable.

Dans ses prédictions de 2011, Gartner prévoit qu’« En 2015, les outils et l’automatisation élimineront 25 % des heures de travail associées aux services informatiques », ce qui renforce l’idée que l’automatisation via des outils adaptés est essentielle pour l’informatique dans son combat contre le manque de ressources.

Le monde du développement d’applications et de la gestion de processus connaît donc de profondes mutations. Pour mieux intégrer les enjeux de ce marché, nous allons aborder successivement plusieurs points de vue qui permettront de mieux comprendre ces évolutions.

Jean-Loup Comeliau - Marketing Produit W4

 



 

VIDEO
Les 5 facteurs clés de la réussite de la conduite du changement
Témoignages de Microsoft et La Caisse d’Epargne. Solutions & Logiciels IT a conduit une table ronde sur la conduite du changement , lors de la...

Voir la video en grand format

L'ACTUALITE AU QUOTIDIEN


Solutions-Logiciels.com Le portail du décideur informatique en entreprise - 2014 - Tous droits réservés


Le présent site Web est édité par K-Now, Sarl inscrite au RCS de Paris sous le N° 499 320 000 et dont le siège social est au 21 rue de Fécamp 75012 Paris.
Adresse de courrier électronique :diff@solutions-logiciels.com

Le directeur de la publication du site www.Solutions-Logiciels.com. est Jean-Kaminsky en qualité de gérant de la Sarl K-NOW